Mardi 20 Novembre, je me suis rendue au salon Connect’in de Lorient en compagnie de mes comparses de R1informatique, Erwann et Nico. Pour des raisons privées, je n’ai malheureusement pu rester jusqu’au soir. Je vais donc vous faire mon compte-rendu des ateliers Google de la matinée et de la conférence donnée par Fred CAVAZZA dans l’après-midi, mon highlight de la journée.
Les ateliers Google menés par Pierre HELLO se divisaient en trois thématiques. Du lourd à digérer pour les débutants et novices mais une bonne entrée en matière sur le travail digital à effectuer pour une entreprise. La transformation numérique n’est pas une mince affaire. Aujourd’hui, ne pas être présent sur Internet est une erreur fatale. Découvrez pourquoi !
Penser digital et comprendre le consommateur

Avec l’avènement de la téléphonie mobile, nos comportements et nos usages digitaux ont évolué ces dernières années. Grâce au téléphone mobile, nous pouvons effectuer des recherches sur Internet à tout moment comme l’explique Pierre HELLO. Alors que 49% de personnes sont connectées dans le monde, alors que le français passe en moyenne 4h par jour sur les réseaux sociaux, il semble que les usages privés soient ceux dont l’évolution est la plus rapide.
Le monde de l’entreprise n’est toujours pas adapté à la transformation digitale. On apprend que 5 entreprises sur 10 n’ont toujours pas de site internet en 2018 ! Comme le souligne si bien Pierre, la moitié n’existe donc pas !!! Sur ces 5 entreprises, 1 entreprise sur 10 propose des services en ligne (en France). Le constat est consternant : la majorité des PME ne propose pas de processus d’achat aux internautes (achat d’un billet, d’un service, abonnement en ligne).
A l’heure où Internet est de plus en plus plébiscité, et que le smartphone est devenu notre assistant virtuel, on se rend compte du travail énorme qu’il reste à accomplir pour ce qui est de la transformation digitale des entreprises.
Le saviez-vous ?
Les entreprises ayant pris le virage de la transformation numérique ont une croissance 6 fois plus élevée.
Pierre rappelle les avantages du marketing numérique :
ciblage de groupes spécifiques ;réduction des dépenses ;possibilité de tests ;analyse des résultats ;engagement des relations client ;possibilité de toucher le bon client au bon moment.
L’internaute désormais vit le web sans restriction et consulte Internet en instantané. L’entreprise touche le consommateur en ligne par le biais de son site et des réseaux sociaux. Sur Internet, le consommateur achète, s’informe et se forme.
D’où l’intérêt pour les entreprises à être présentes, pertinentes et rapides dans leur processus et leur conversion digitale.
Pierre appuie alors sur l’importance des avis en ligne. 29% des utilisateurs des réseaux sociaux déclare acheter plus de produits lorsque ces derniers sont présentés sur les dits réseaux.

Pierre aborde ensuite le parcours client. Selon lui, il faut 7 jours pour toucher un consommateur, au travers 4 clics et 2 canaux. Aux entreprises de trouver les canaux qui réunissent leur cible et qui leur permettront de réaliser un chiffre d’affaire. Un autre défi pour elles est la qualité constante de leurs prestations et l’expérience utilisateur. A l’heure de l’info obésité et d’une concurrence constante, le parcours d’un client sur un site est un facteur essentiel dans la réussite de la présence en ligne d’une entreprise.
Les entreprises doivent comprendre le parcours client et ses enjeux !
Une entreprise doit avoir l’aptitude à être découverte et visible, être considérée. Elle doit être en mesure de délivrer le bon message pour attirer de nouveaux clients, pour construire une relation, puis les fidéliser. Bien évidemment chaque objectif aura sa stratégie propre. Pierre appuie sur la nécessité de soigner sa relation client. Pour avoir travaillé dans ce secteur, je ne peux qu’approuver ses dires. Comme on le sait, le poids de la fidélisation est bien plus fort que celui de l’acquisition.

Pierre termine sa première intervention en énumérant les différents outils Google mis à disposition aux entreprises comme Google Trends pour connaître la saisonnalité des mots clés (et utiliser ces tendances pour adapter le contenu à l’usage des consommateurs), Google Correlate pour les recherches associées. Il cite également Think with Google, un annuaire de success stories inspirantes, ou encore le Consumer Barometer où se trouvent des données intéressantes sur les consommateurs, ou bien encore le fameux Keyword planner pour la recherche de volume des mots clés. Ces outils sont bien entendus gratuits et mis au service des entreprises pour leur immersion dans l’univers digital.
Ce qui nous amène à la thématique suivante et que j’adore : le référencement naturel.
Développer son entreprise grâce au référencement naturel
Nous démarrons ce deuxième atelier avec une vidéo. Elle est marquée par « how to », question avec laquelle chaque session de la vidéo démarre. Ce qui amène au sujet de la recherche vocale. On ne recherche plus des mots clés simples. Les recherches sur Internet sont désormais des questions. C’est pourquoi les mots clés longues traines sont intéressants et c’est pourquoi le contenu du site d’une entreprise a intérêt à répondre aux questions des internautes. Les recherches font désormais écho à l’actualité, celle-ci génère des émotions et les émotions sont un vecteur puissant.
Pierre nous rappelle ou nous apprend (selon le degré de connaissance de l’audience présente ce matin là), comment fonctionnent les moteurs de recherche : exploration, indexation, classement et affichage. Notons – pour ceux qui ne le savent pas encore – que chaque mise à jour de Google est appelée par un nom d’animal, d’où la référence au zoo de Google.
On apprend que 60% des recherches sur Google sont effectuées depuis un mobile.
C’est pourquoi les sites mobiles sont pris en compte pour l’indexation. Désormais les sites des entreprises doivent être responsives et adaptés et optimisés aux usages mobiles. De plus, il est possible d’accélérer la vitesse de chargement de son site avec l’application AMP (toujours dans un objectif d’expérience utilisateur), et pour cela il existe des extensions sur WP.

Astuce : il y a possibilité de savoir si un site est optimisé AMP avec son téléphone portable, grâce à un onglet au symbole éclair qui est apposé devant le site.
Pierre évoque ensuite l’importance du SEO et du SEA, l’un étant le référencement naturel, l’autre le référencement payant. Pour le référencement local des entreprises, il existe Google MyBusiness. En y référençant votre entreprise, celle-ci apparaitra sur Google Maps : une nécessité pour les commerces et les entreprises locales.
A savoir : la première page Google génère 92% du traffic et 2/3 du traffic passe par les moteurs de recherche.
Notez que la bataille de la présence en 1ère page est féroce. Sur ordinateur, l’internaute recherche jusqu’à la troisième page, et jusqu’à la seconde à partir d’un téléphone portable.
Le SEO, donc le Search Engine Optimisation ou bien le référencement naturel est destiné (entre autre) aux entreprises ne nécessitant de pas ou peu de budget. Le seul pré-requis est d’y consacrer du temps. Toutefois il est primordial pour une entreprise car il améliore la visibilité d’une entreprise sur Google.

Pierre compare Google à un supermarché où l’on y trouve des marques et des produits. Et vous remarquerez que certains produits sont mieux placés que d’autres dans les rayons, c’est la même chose sur Google.

Pour un référencement réussi et une meilleure visibilité, n’oublions pas quelques critères tels que :
la qualité du contenu ;les mots clés ;la fraicheur du contenu ;la diversité des supports.
Pierre évoque également l’importance de bien nommer les photos (Google images) avec un/des mot(s) clé(s) ou encore l’importance des balises meta titre et description du code html. Il rappelle la bonne pratique de citer le nom de la marque dans le titre méta, de l’importance de la hiérarchisation du contenu (comme un livre l’est avec des chapitres) ou encore des données structurées.

En plein dans le vif du sujet (et pour ceux qui n’y connaissaient pas grand chose sur la thématique, je pense que ces 3 heures furent assez intenses), Pierre rappelle ce qu’est un site map (plan de site) et pourquoi on ne donne pas la même valeur à une page d’accueil qu’à la page contact ou CVG. Il conseille aux participants d’utiliser l’outil Google Search Console pour vérifier le niveau de performance et de pertinence dans la hiérarchie des pages. La console améliore également l’exploration du site.
Pierre note l’importance d’une belle architecture de site pour accompagner l’utilisateur à chaque instant. L’expérience utilisateur influe dans l’acte d’achat de l’internaute. C’est pourquoi le fil d’Ariane d’un site e-commerce est capital. L’internaute doit savoir où il se trouve à tout moment.
Retenez que le plan SEO est important à toute entreprise et ne doit en aucun cas être négligé.

La thématique blog n’est pas laissée de côté. En effet, je remarque souvent que beaucoup d’entreprises n’ont pas de blog ou de partie actualités sur leur site. Et pourtant il est un levier puissant pour améliorer le SEO, alors pourquoi ne pas le considérer pleinement ? Certaines entreprises ont su intégrer le blog dans leur stratégie de contenu et dans leurs objectifs SEO. Sachez que le blog est très utile et capital au référencement. Il sert à deux fois les entreprises en apportant une expertise et en améliorant la visibilité. Pierre HELLO prend l’exemple d’une agence de voyage dont le blog ne prodigue que des conseils pour les voyageurs. Ainsi, cette agence se positionne en véritable expert et référent voyage. Les articles du blog renvoient (selon la thématique) sur le site, destiné à la vente.
Ceci nous amène à la troisième partie et au dernier atelier de la matinée, avec la thématique de Google Analytics en passant par le story telling. Le story telling avait été abordé lors d’un atelier aux PME connectées. Vous verrez comment les deux sujets s’imbriquent.
Comment Google Analytics sert au Story Telling ?
A l’ère du marketing 3.0 on ne vend plus un produit mais on vend une expérience. Grâce au story telling, on raconte une histoire, on transmet un rêve et une valeur. Le lecteur doit s’identifier lorsqu’il lit l’histoire. C’est pourquoi l’expérience est mise en avant et le produit relayé au second plan.

Une entreprise doit élaborer une proposition de valeur et connaitre ses clients :
qui sont-ils ?que font-ils ?qu’attendent-ils ?que disent-ils ?
En créant une proposition de valeur, l’entreprise crée une relation unique avec ses clients. Pour cela, Google Analytics aide à définir la cible. Les informations présentes dans l’outil sont très utiles pour comprendre qui est notre audience et comment elle se comporte.

Pierre évoque la nécessité pour toute entreprise de construire son identité visuelle. Les couleurs, une photo ou un logo permettent d’identifier une marque. Les couleurs détiennent une symbolique forte. C’est alors qu’intervient notre mémorisation cognitive, et c’est pourquoi cette étape d’identification est cruciale.
Une fois votre identité et votre proposition de valeur construites, diffusez votre histoire. Avec Google Analytics, vous avez la possibilité de savoir d’où provient votre audience. Bien évidemment, il est nécessaire de diffuser l’histoire de l’entreprise sur diverses plateformes, dont les réseaux sociaux font partie. A même titre que votre site, votre blog, votre newsletter, les réseaux sociaux sont des outils de communication et de diffusion de contenu.
Notez que les réseaux sociaux sont gratuits et que 88% des consommateurs en font l’usage.

N’oublions pas que le message diffusé doit être différent selon la plateforme et l’audience. Ce que j’évoque dans l’article que j’ai récemment publié « quel contenu pour quel réseau social ? » et que je vous invite à lire. A ce titre, et comme déjà évoqué par de nombreux professionnels dans le secteur du marketing, la vidéo est un contenu de plus en plus utilisé. C’est non seulement le format tendance mais aussi le format qui suscite le plus d’engagement. La vidéo permet de véhiculer des émotions et elle est un support idéal pour le story telling. La vidéo est le type de contenu sur lequel il va falloir se concentrer les années à venir.
Si une image vaut 1000 mots, 1mn de vidéo les remplace également.
Le saviez-vous ? Si YouTube était une chaîne vidéo, elle serait la 5ème chaîne de télévision en France !
Je finirai par citer brièvement l’email marketing, donc la newsletter. Contrairement à ce que l’on croit, la newsletter n’est pas morte et dispose encore d’un bon taux d’ouverture et de clics. Cependant, il est capital pour les entreprises de travailler plus que jamais leurs lignes d’accroches (l’objet) et le contenu pour ne pas se fondre dans la masse de la publicité. Aujourd’hui, il est devenu plus que nécessaire d’offrir une valeur ajoutée à ses clients, sans aller dans la surenchère. La newsletter, au même titre que les réseaux sociaux, ou encore le blog doit être un outil qui permet de construire une relation avec ses clients, ses prospects, sa communauté. L’objectif premier est d’inspirer, de conseiller, d’apporter une valeur. La vente est relayée au second plan, même si elle reste une finalité.

Ce furent 3 heures bien intenses, riches (entrecoupées de pauses) et très instructives, notamment pour les TPE et les PME n’ayant pas encore un regard affranchi sur l’aspect de la communication digitale dans son ensemble. C’est en cela que les ateliers Google sont intéressants. Je les conseille d’ailleurs à toute personne désirant avoir une première approche du numérique. Bien entendu, il faut ensuite creuser point par point, et comme l’évoque Pierre, faire appel à des professionnels dans certains secteurs lorsque l’on est submergés (graphistes, créateurs de site internet, consultants en digital, community managers et autres professionnels du digital et du social).
Conférence de Fred Cavazza
Comme une vidéo vaut largement 1000 mots et que mon compteur indique déjà les + 2000, je vous invite à regarder le live que j’ai réalisé de l’intervention de Fred. Il manque les premières minutes car je pensais prendre des notes, vu l’état de charge de ma batterie. Et puis j’ai finalement craqué (car un live c’est toujours sympa) et ma batterie m’a lâchée à peine remontée dans la voiture pour le trajet retour !

Je vous laisse donc vous délecter de la conférence de Fred Cavazza, un régal durant 45 minutes qui en ont paru 10 ! Une rétrospective de 2018 et un aperçu de ce nous réserve 2019. Dans tous les cas, l’année prochaine (bien qu’applicable maintenant), il ne sera plus envisageable de ne pas être présent sur le net. Il sera inconcevable pour une entreprise de ne pas avoir enclenché sa transformation digitale en appliquant une stratégie globale de communication pour son site et ses réseaux sociaux.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez l’actualité du blog.